Cabinet de podologie du sport à St Sébastien près de Nantes

Le plateau technique de votre podologue

podometrie électronique / étude dynamique sur tapis de course / Thermoformage avec emprunteurs sous vide en position corrigée

Comment se déroule une séance avec votre podologue du sport

Prise en charge des pathologies du sportif, enfant ou adulte déterminées après examen clinique global.

Interrogatoire

Prise en compte des antécédents chirurgicaux, traumatiques, médicaux et lecture des clichés d’examens complémentaires, afin de définir les besoins et le motif de la consultation.

Etude en décharge

Elle permet de déterminer les mobilités et les lésions articulaires (vérouillage), relever les hypertonies musculaires, les tensions voire les inflammations tendineuses.

Vérifier la position du bassin en décubitus dorsal et ventral, la distance ombilico - malléolaire interne (longueur de jambes).

Etude en charge & Posturale globale

  • Repérage épine iliaque (palpation) .distance ilio-calcanéenne
  • Verticale de Barré : flèches cervicale, lombaire et sacrée (Courbures du rachis)
  • Test de latéro-flexion (attitude scoliotique)
  • Test des chaines musculaires : antérieures, postérieures et latérales
  • Test des fléchisseurs, extenseurs et rotateurs. Test de Fukuda.

Etude dynamique avec vidéo contrôle

L’étude du mouvement, la marche, environ une fois et demi son poids du corps par appui et la course, environ quatre fois son poids du corps (en fonction de la vitesse) permet de révéler les axes d’attaque du pas, son déroulé, les amplitudes excessives du ou des pieds (mouvements de prono-supination), des genoux (rotation tibiale, interne ou externe), l’amplitude de la foulée, en situation d’effort.

Bien souvent mon approche sera de limiter ou de freiner les amplitudes excessives, plutôt que de raisonner systématiquement selon la classification standard : foulée supinatrice, neutre ou pronatrice car les mouvements en supination et pronation seront nécessaires tant dans l’atterrissage du pied (phase d’amorti en supination), qu’ils conditionneront et prépareront à l’étape suivante, pronation modérée du médio pied, et projection vers l’avant pied (phase de propulsion se terminant au niveau du 1er orteil).

Les conseils du podologue

A ce stade on se doit de bien connaître le sport pratiqué par son patient : uni ou pluridirectionnel, porté ou de glisse, le geste technique, l’ancienneté dans le sport, la fréquence de pratique, la durée de l’effort, les objectifs de la saison, la qualité des sols synthétiques, parquets (bois) , …, herbes ,sous bois , cailloutage, bitume.

Sachant que plus un sol sera dit « dur » plus il sera traumatisant d’un point de vue structure osseuse, plus il sera dit « souple » plus il sera sécurisant pour les os mais contraignant pour le système musculo-tendineux.

Le parquet surface « dite à amorti étalé »étant peut- être le meilleur compromis naturel existant entre sécurité et performance.

Port de chaussures de sport et d’orthèses plantaires

Connaître aussi le chaussant : par exemple en running il n’y a pas forcément de mauvaises chaussures, la question à se poser est de savoir si elles sont adaptées au poids du coureur, à son morphotype, à la distance de l’effort.

Le choix du modèle reviendra au joggeur en fonction de la largeur du chaussant, de la hauteur de la tige postérieure (confort d’accueil du pied), du ressenti au niveau système d’amorti (air, gel, adipréne…) en fonction du type de terrain sur lequel il court (semelage, notion de traction), de la flexibilité de la chaussure, du prix ou du look.

Toujours privilégier un confort optimal gage d’une meilleure sécurité.

Il me parait intéressant d’avoir différents types de chaussures en fonction des critères déterminés : sécurité ou performance, entrainement ou compétition.

Cette démarche permettra de réaliser des orthèses plantaires thermoformées mécaniques et /ou proprioceptives.